Communautés culturelles

Les membres de certains groupes d’origine allochtones, dont les bouddhistes, relâchent parfois en nature des organismes aquatiques exotiques dans le cadre de leurs pratiques religieuses. Cette pratique traduite en anglais par mercy release, origine du chinois fangsheng. Le pendant de cette expression en japonais est ho ̅jo ̅-e et en français, relâchement par compassion (traduction libre). De façon très résumée, cette pratique repose sur l’idée que de tels relâchements d’organismes captifs aident à cultiver la valeur de la compassion chez ses adeptes1. Simplement pour Hong Kong, c’est entre 500 000 et 1 million d’oiseaux qui sont importés chaque année pour cette pratique1. Lorsque ces activités impliquent des organismes exotiques à caractère envahissant, il peut y avoir des répercussions néfastes sur la biodiversité des milieux où le ralâchement s’effectue. Ce vecteur d’introduction pourrait s’avérer préoccupant à l’avenir non seulement au Canada, mais partout dans les autres pays où cette pratique a lieu. À titre d’exemple, un temple à Vancouver mentionne avoir relâché en nature environ 25 000 livres d’organismes marins depuis plus de 13 ans1. Évidemment, la quantification de ces relâchements ainsi que l’ampleur des impacts en nature sont difficilement mesurables, mais des efforts sont actuellement déployés pour documenter le phénomène. Liu et ses collègues2 fournissent la première évidence de l’impact nuisible de cette pratique, par le suivi de populations de ouaouarons dans la province du Yunnan en Chine. Les chercheurs ont observé que les communautés de ce batracien exotique sont significativement plus grandes dans les régions où les cérémonies de compassion sont très fréquentes comparativement aux régions où elles en sont exemptes. Quoi qu’il en soit, la diffusion d’information sur l’importance de la biodiversité, l’intégrité des écosystèmes et le phénomène des espèces exotiques envahissantes auprès des groupes et des individus pratiquant le relâchement par compassion apparaît primordiale. Des pays, comme l’Australie, proposent des solutions novatrices que d’autres régions du monde gagneraient à développer1.

 

Pour en savoir plus

Un court documentaire sur la pratique du relâchement par compassion. En anglais:

Humane Society International. Mercy release. [en ligne]
http://www.hsi.org/issues/mercy_release/

Les commentaires sont fermés