Faux-nymphéa pelté

(Nymphoides peltata)

«Téléchargez la fiche en format PDF»

 

Faux-nymphéa pelté

Nymphoides peltata © David Cappaert, Michigan State University, Bugwood.org

Le faux-nymphéa pelté, avec ses fleurs jaune vibrant et ses feuilles flottantes en forme de cœur au revers pourpré, aurait tout pour plaire. Malheureusement, cette plante vivace d’origine eurasienne est envahissante et sa présence au Québec serait en expansion. Des plants cultivés pour leurs attraits ornementaux se seraient disséminés au-delà des jardins ce qui expliquerait que l’on retrouve aujourd’hui l’espèce dans les milieux naturels. Ses stolons robustes et vigoureux permettent un établissement rapide. De plus, les fragments de tige et de stolons peuvent produire de nouvelles populations en s’enracinant plus loin sur un site favorable. La présence de graines viables a été rapportée en Ontario, donc tout porte à croire que la reproduction sexuée aurait également lieu dans nos régions.

Faux-nymphéa pelté

Nymphoides peltata © Wikimedia Commons

Toutes les étendues calmes d’eau douce ayant une colonne d’eau de moins de 4 mètres sont susceptibles d’être prises d’assaut par cette plante. Les sites sévèrement envahis par le faux-nymphéa pelté sont altérés, tant sur le plan écologique qu’économique. Il est encore très souvent vendu en centre de jardin comme plante de bassin d’eau mais il serait souhaitable de le délaisser au profit d’autres espèces de plantes indigènes à feuillage flottant. À noter que le faux-nymphéa à feuilles cordées (Nymphoides cordata) est une plante indigène semblable, mais à fleurs blanches, avec laquelle il ne faut pas confondre l’envahisseur!

Les commentaires sont fermés