Petite Naïade

(Najas minor)

«Téléchargez la fiche en format PDF»

 

Petite Naïade

Najas minor © Troy Evans, Great Smoky Mountains National Park, Bugwood.org

La petite naïade est une plante aquatique annuelle et submergée se reproduisant abondamment à partir des semences produites à la fin de chaque saison de croissance. On la retrouve naturellement dans différents plans d’eau de l’Eurasie. Ses tiges pouvant atteindre jusqu’à 120 cm de longueur sont très ramifiées, formant ainsi des bosquets denses et entremêlés sous la surface de l’eau. Les feuilles opposées sont vert foncé et présentent de petites dents tout le long de la marge. Il faudra faire preuve de prudence lors de l’identification, en cas de doute, puisque deux autres espèces indigènes de naïade poussent naturellement dans nos cours d’eau! Les étangs, les lacs et les rivières au débit lent sont les habitats les plus sujets aux envahissements. Les colonies très denses, avec leurs longues tiges, créent un ombrage important dans la colonne d’eau, ce qui engendre plusieurs répercussions pour la biodiversité locale.

Petite Naïade

Najas minor © USDA PLANTS Database, USDA NRCS PLANTS Database, Bugwood.org

Le vecteur d’introduction de cette espèce en Amérique du Nord n’est pas clair, mais l’on suspecte que du matériel contaminé par la naïade puisse en être à l’origine. Depuis son introduction au début des années 1930, la progression de la petite naïade a été rapide, notamment par la capacité de ses graines à se déplacer facilement au gré du courant et de ses tiges à se fragmenter pour prendre racine ailleurs. Les embarcations contaminées par des fragments de plantes ou des semences contribueraient aussi à sa progression. La petite naïade est maintenant à nos portes puisqu’elle a déjà été signalée en Ontario et au Vermont. Une inspection minutieuse des embarcations en transit, d’un plan d’eau vers un autre, serait donc souhaitable pour limiter d’étendre son aire de distribution à nos régions.

 

 

Les commentaires sont fermés