Mandat

À l’échelle planétaire, les espèces exotiques envahissantes (EEE) sont considérées comme l’une des principales causes de la perte de biodiversité. Le fleuve Saint-Laurent n’y échappe pas avec plus de 85 espèces exotiques recensées1. Le phénomène étant peu connu de la population, de nouvelles espèces exotiques aquatiques issues de diverses activités commerciales ou non (ex. aquariophilie, horticulture, navigation, transport, etc.) continuent, encore aujourd’hui, d’être libérées vivantes dans la nature par des usagers, des consommateurs, des plaisanciers, des commerçants et autres.

En réponse à une telle menace, l’information de ce site internet présente des pistes d’action pour contribuer à freiner l’introduction d’espèces exotiques vivantes dans le fleuve et son bassin versant afin de protéger la biodiversité du fleuve. Ce site internet fait partie d’une campagne éducative (2013-2015) qui cible trois vecteurs importants d’introduction, soit :

1) l’aquariophilie

2) le milieu scolaire

3) les communautés culturelles

Les enjeux sont nombreux puisque le phénomène est insidieux et répandu à l’échelle du territoire, les groupes visés par la campagne éducative sont possiblement peu informés des risques de leurs pratiques, l’importance de conserver la biodiversité leur est possiblement méconnue et leurs pratiques sont souvent liées à des intentions de protection de la nature. Pour concevoir la campagne et les pistes d’action, le CQEEE a exploré les pratiques actuelles des groupes cibles de chacun des vecteurs afin de mieux comprendre leurs répercussions, co-construire avec eux et proposer des guides de bonnes pratiques et des outils de communication.

Les pages suivantes présentent un bref portrait de du concept de biodiversité, du fleuve Saint-Laurent, des vecteurs d’introduction d’espèces exotiques envahissantes et de la règlementation existante les concernant. Un guide de bonnes pratiques et plusieurs fiches informatives sur les espèces exotiques envahissantes à surveiller y sont aussi disponibles en format PDF.

Les commentaires sont fermés